Comment bloquer l’accès à une app comme Pixer dans Facebook

Capture d'écrans2014-07-19_14032014-07-19_14042014-07-19_14052014-07-19_1406

Publicités

Je me souviens

Symboles religieux (source - Wikipedia)

Symboles religieux (source – Wikipedia)

Bien que la devise du Québec soit « Je me souviens », il semble que cette mémoire collective ne soit pas valide plus de quelques jours. Alors nous allons revenir sur certains faits passés, qui pourraient nous aider à mieux comprendre le présent si vous le voulez bien.

Tout d’abord, je vous annonce que Charbonneau n’a pas le monopole du mot « Commission ». Il y a quelques années (2007 – 2008), il y a avait eu la célèbre Commission Bouchard – Taylor dont le mandat était de démêler un peu le concept « d’accommodements raisonnables ». Pendant des mois, on entendait des trucs à la télé, on lisait dans les journaux. Certains refusaient que leurs femmes voient des médecins homme, certains avaient fait mettre une fenêtre givrée sur une salle de gym parce que ça les choquait de voir des femmes en tenu de sport. Et, comble de l’insulte identitaire, certains avaient poussé ça jusqu’à faire changer le menu d’une érablière.

À cette époque, la diffusion en continu des audiences nous donnait des frissons dans le dos par moment. Certains commentaires de « québécois de souche » donnaient froid dans le dos tellement ils suintaient la xénophobie. Bon, ça venait plus souvent de coins plus ruraux (genre Hérouxville), mais dans l’ensemble, on pouvait clairement voir que les Québécois en avaient assez de se faire prendre pour des valises. Ou plus précisément, comme un buffet à la carte, où les gens viennent et ne prennent que ce qui fait leur affaire.

Après 1 an de travaux, les 2 commissaires ont accouché d’un document faisant l’état de la situation, et proposant des pistes de solution pour faciliter l’intégration des Québécois issus de différentes cultures. Dans le rapport, on retrouve en conclusion une partie intéressante que je vous soumets ici :

« L’État, de son côté, pourrait œuvrer à la clarification et à la promotion du cadre civique commun ou de ce que nous avons appelé les valeurs publiques communes. Ces valeurs, comme nous l’avons vu, sont composées des droits et des libertés inscrits dans les chartes et des grands choix de société faits par le Québec (la Charte de la langue française, la politique d’intégration et l’interculturalisme, l’égalité entre les personnes, etc.). Il est impératif que la classe politique affirme et défende clairement les valeurs publiques communes sur lesquelles s’appuie le vivre ensemble. Par exemple, des interventions en ce sens dans les semaines précédant la création de la Commission auraient sans doute contribué à nourrir un débat plus mesuré et plus éclairé. Elles auraient aussi rassuré les Québécois quant à l’existence de balises et de repères permettant d’encadrer les demandes d’accommodement et, plus généralement, l’aménagement de la diversité culturelle et religieuse au Québec. »

 Il y a 5 ans, tout le monde était d’accord avec cette affirmation.  Aujourd’hui, 5 ans plus tard, un parti politique propose une législation sur ce sujet, et tout le monde déchire sa chemise. En plus, c’est le parti de gauche que tout le monde aime tant. J’avoue être un peu perdu là. Finalement, je dois en venir à la conclusion que les Québécois ne sont que des éternels insatisfaits, des maudits chialeux. Même si je suis loin de partager les vues du Parti Québécois sur la plupart des enjeux, je ne vois vraiment pas ce qu’il y a de si incroyable dans cette « Charte ». Vouloir interdire le port de signes religieux, ça se fait dans plein d’autres pays après tout, même des pays musulmans.

Personnellement, je trouve que ce débat prend de toute façon beaucoup trop de place dans l’arène politique provinciale alors que nous avons bien d’autres chats à fouetter.


Perte de contacts, tellement 2010

image

Beaucoup de gens publient des messages disant qu’ils ont changé ou perdu leur téléphone et n’ont plus leurs contacts. En 2013, il n’y a aucune raison pour que ça arrive. Peu importe la sorte d’appareil que vous avez, vous devriez utiliser des services de cloud pour stocker vos contacts. Je ne parle pas que du produit iCloud d’Apple mais bien de l’infonuagique en général. Gmail*, Hotmail*, etc. permettent de stocker les infos de vos contacts. Lors de la configuration d’un nouvel appareil, à l’ajout de vos comptes de courriels, vous pouvez aussi ajouter ces contacts.

La beauté de la chose, c’est qu’ensuite, quand vous ajoutez ou modifiez un contact sur votre téléphone, il se copie automatiquement sur Internet. Alors, lorsque vous échapperez votre iPatente ou votre Galaxchose S5 dans la piscine, vos contacts eux, seront intacts.

*N.B. Les services comme ceux-ci sont disponibles sur tous les types d’appareil, contrairement au iCloud d’Apple qui ne fonctionne qu’avec ceux de la Pomme. Je vous suggère donc d’utiliser un modèle plus ouvert, au cas où vous voudriez changer un jour, qui sait…


Prenez un sans rendez-vous, l’état de santé de notre systéme

Numéro 54

Image tiré du site materiel.hellopro.fr

De retour d’un séjour en camping, me voici avec un problème d’infection des yeux. Pouvant à peine les maintenir ouverts par moment et rendant la conduite automobile très difficile, je décide de consulter. D’abord en pharmacie, car on arrive souvent à avoir de bons conseils et des produits efficaces en vente libre auprès des pharmaciens. Comme c’était le soir, je croyais en avoir pour deux minutes, mais il y avait quand même trois personnes devant moi et j’ai dû attendre un peu dans la salle d’attente. Très courtois, rapides et professionnels, je n’ai que des félicitations à leur faire. Mais après deux jours de traitement, pas d’amélioration.  Je me dis donc, allons perdre quatre heures de notre vie à la clinique sans rendez-vous. C’est là que les choses se sont gâtées…

CLSC

J’habite en haut d’un immense CLSC. Tellement gros, on dirait un petit hôpital ou encore une école primaire. Mon premier réflexe fût donc de voir si on pouvait y avoir une consultation sans rendez-vous. Eh bien oui et non…. C’est maintenant réservé aux médecins du GMF (groupe de médecine familiale). Pour être client de ce réseau de privilégiés, il faut s’inscrire sur… une liste d’attente. Donc, l’option CLSC est écartée.

CLINIQUE

Depuis 2008, notre bon gouvernement a décidé de transféré le sans rendez-vous à la clinique à environ 10km d’ici. Parfait, j’y ai justement un dossier. Nous voici donc en route, armés du iPad pour patienter. Arrivé à la clinique, je remarque une chose : il n’y a pas de file d’attente pour le sans rendez-vous. Je me présente donc à la réceptionniste et je lui demande s’il y a du sans rendez-vous aujourd’hui. Et là, elle me répond, le plus sérieusement du monde : « Oui. Aviez-vous pris rendez-vous ? ». Croyant qu’elle avait peut-être mal compris, je lui répète que je souhaite consulter un médecin SANS rendez-vous. C’est là qu’elle m’explique, toujours aussi sérieuse qu’une bibliothécaire un jour de pluie, que pour voir un médecin sans rendez-vous, il faut appeler la veille à 22h00 pour… prendre rendez-vous… Et elle ajoute, un léger rictus en coin : « Ça élimine l’attente au sans rendez-vous ».

LAISSEZ-PASSER A38

C’est là que des images des 12 travaux d’Astérix me sont venues en tête. Non, mais il faut être déconnecté en tabarnack légèrement à côté de la plaque pour trouver une quelconque logique là-dedans. Voilà donc la technique trouvée par nos grands gestionnaires étatiques pour éliminer l’attente ? Rendre encore moins accessible l’accès à un médecin ?

LOI 41

En fait, le plan de match est plus pernicieux. Il vise à pelleter l’attente dans les salles de pharmacie. Celles-ci étant privées, on pourra donc s’en laver les mains. La loi 41 permet en effet aux pharmaciens de prescrire des médicaments d’ordonnance pour plusieurs maladies. L’initiative est louable en soi, mais pour le patient, attendre dans une salle de pharmacie ou dans une salle de clinique, ça ne changera absolument rien. Sans compter que les médecins (protégeant leurs pouvoirs comme Golum et son Précieux) ne sont pas d’accord et les pharmaciens ne sont pas tous heureux de ces nouvelles responsabilités et ces nouveaux coûts qui leur sont transférés. Car ce sont eux maintenant qui doivent aménager leurs locaux pour une salle d’attente, une aire de consultation, etc. Ils doivent également embaucher du personnel supplémentaire pour effectuer les tâches qu’ils faisaient auparavant, mais n’auront plus le temps de faire.

LE PRIVÉ

Finalement, on dirait bien que tout est fait dans le but de nous envoyer vers le privé. Nous dégoûter tellement du système public que l’on en vienne à accepter sans rechigner de payer des sommes astronomiques pour avoir accès à un médecin quand on en a besoin, et non pas juste quand ça lui tente. Je trouve ça bien pour ceux qui en ont les moyens (comme moi par exemple), mais un peu triste que l’on saborde le système public pour y arriver. Car il y aura toujours des gens qui n’auront pas les moyens d’accéder à ces services. Et ce serait bien qu’ils puissent quand même accéder à des soins de santé malgré tout. Même si le banc de consultation est plus usé et que le plancher de la clinique n’est pas en marbre…


Samsung Galaxy S IV – Le résumé des résumés

Samsung Galaxy S4 - source Engadget

Samsung Galaxy S4 – source Engadget

Et voilà, c’est fait ! Malgré les tentatives désespérées et navrantes d’Apple pour faire un peu d’ombre au lancement de Samsung, c’est en grandes pompes qu’a été annoncé ce soir la nouvelle mouture de leur étoile : le Galaxy S4. Mais vous n’êtes peut-être pas un geek comme moi et n’avez donc pas envie de vous taper des heures de recherches Internet pour savoir ce qu’il en est. N’ayez crainte, je suis là pour ça !

Je vous ai préparé cet ultra-résumé afin de voir en un simple coup d’oeil ce que la bête a à offrir. Et c’est quand même beaucoup, avouons-le.

  • Smart Pause qui arrête un vidéo si on regarde ailleurs.
  • Smart Scroll fait défiler l’écran si vous penchez l’appareil en regardant en haut.
  • Des « gestures » avec les mains et les doigts sans toucher le téléphone. Plus ou moins inutile selon moi.
  • « …très peu d’améliorations de la longue liste de celles annoncées se sont révélées être « killer », « faut-l’avoir », je-ne-peux-vivre-une-seconde-de-plus-sans-ça » – CNET *
  • 13Mpx de caméra avec f/2.2
  • 2Mpx caméra avant
  • 5-pouces 1080p (1,920 x 1,080) Super AMOLED
  • 2GB RAM avec 1.6GHz Exynos 8 « Octa-Core » (8 coeurs) ou 1.9GHz quad-core Qualcomm, selon votre pays. (8 coeurs tabar&?$ !!!!).
  • 136.6 x 69.8 x 7.9mm soit 5.38 x 2.75 x 0.31 pouces) et pèse 130g

Il n’y a pas encore de date de lancement ni de prix, mais on parle de lancement mondial en avril. Pour le prix, on peux tabler sur près de 700$, puisque le S3 se vendait déjà 649$. Je parle ici des prix d’achats, sans contrats, car c’est ce prix que tout le monde devrait utiliser comme comparatif. Je ne me mouille pas pour les recommandations avant un essai, mais il semble tout de même une machine « de guerre » pour employer l’expression consacrée. Définitivement un joueur à surveiller en 2013 sur le marché, il devrait très bien se vendre.

* source de la citation : http://reviews.cnet.com/samsung-galaxy-s4/

Tu sais que t’es architecte informatique quand…

20130301-201438.jpg

Tu sais que t’es architecte organique (logiciel) quand :

  • tu réussi rarement à rester plus d’une heure à ton bureau et à chaque fois que tu y met les pieds, tu as 50 courriels non-lus
  • tous les développeurs de la boîte te courent après
  • tous les gestionnaires de la boîte te courent après
  • il n’y a pas assez de cases dans ton agenda pour inscrire toutes tes réunions
  • tu réussi à vraiment avancer tes dossiers avant 8:00 et après 17:00 quand tous les autres sont partis
  • tu arrive de travailler le soir et tu lis des livres ou tu regarde des podcasts de programmation, d’architecture et autres trucs du genre
  • chaque fois que quelqu’un te demande ce que tu fais dans la vie, tu sais que même si tu explique pendant 2 heures avec des dessins et tout, personne ne comprendra anyway…

20130301-201544.jpg


RIM est mort. Vive BlackBerry 10 !

BlackBerry Z10

BlackBerry Z10 – Image tirée du site de BlackBerry

Ça y est ! Après des mois d’attentes, surtout pour les actionnaires, RIM lance leur nouveau système d’exploitation BlackBerry 10. En fait, je dis RIM, mais ce nom fait maintenant parti de l’histoire. Les dirigeants de Research In Motion (RIM) ont décidé qu’à partir de maintenant, ils utiliseraient le nom de leur produit vedette. RIM est mort, longue vie à BlackBerry ! Un gros plus pour les chroniqueurs techno qui n’auront plus à spécifier les 2 noms à chaque fois.

BlackBerry 10, c’est le « système d’exploitation », c’est à dire, la couche logicielle qui roule sur votre appareil. L’équivalent de iOS ou d’Androïd si on veut comparer. C’est une version adaptée de QNX, le système déjà présent sur les tablettes de BlackBerry, les PlayBook. Beaucoup de belles choses comme le « Hub » vous permettant en tout temps, d’un simple glissement de doigt, d’accéder à un regroupement de vos courriels, vos messages BBM (système de messagerie propre à BlackBerry) ainsi qu’à vos messages des réseaux sociaux Facebook, LinkedIn et Twitter. Les modes « personnel » et « professionnel » aussi (appelé « BlackBerry Balance ») qui vous permet d’avoir 2 téléphone en un en séparant vos apps, vos comptes courriels, etc. Exemple : vous avez Angry Birds en mode perso, mais en mode pro, vous avez plutôt une app de surveillance des marchés. La caméra également qui prends plusieurs photo très rapidement en quelques millisecondes, vous permettant de trouver la meilleur prise à chaque fois que vous prenez une photo. Ils appellent ça « Time Shift », ça me semble très prometteur pour ceux qui ont souvent les yeux fermés sur les photos entre autres. Bien d’autres chose encore tel un nouveau navigateur web plus rapide, et les conversation vidéos. Bref, une véritable refonte.

Côté application, la boutique en ligne BlackBerry World nous promettait 70 000 apps disponibles au lancement. Aux dernières nouvelles (il y a quelques semaines à peine) il n’y en avait que 15 000. C’est assez peu quand on compare au 800 000 du App Store ou de Google Play. Et les développeurs en ont déjà plein les bras à faire toujours 2 ou 3 versions de leurs apps natives alors… c’est difficile de les convaincre. Juste pour vous dire, Microsoft paie certains développeurs pour qu’ils fassent une app en Windows Phone 8. Pas certain que BlackBerry a ce genre de moyens financiers.

Mise à part ces changements logiciels, la compagnie canadienne nous annonçait aussi 2 tous nouveaux appareils : le Z10 à clavier virtuel (écran tactile) et le Q10 avec le bon vieux clavier physique, pour les puristes. Le Z10 représente une réelle évolution car il s’agit du premier appareil sérieux sans clavier sur laquelle la compagnie mise. On avait déjà fait des tentatives, mais ce fût de échecs retentissants, vu l’ancien système qui n’était pas conçu pour le supporter vraiment. Cet appareil se compare aux iPhone 5, Samsung Galaxy S III et Nokia Lumia 920. Un processeur bi cœurs cadencé à 1.5GHz, 2Go de mémoire vive et 16Go de stockage interne auxquelles ont peut ajouter jusqu’à 32Go de stockage sur carte MicroSD. Côté écran, on parle de 4,2 pouces avec une résolution de 1280 x 768. Semblable au Samsung et au Nokia, mieux que le fameux Retina Display du iPhone (1136 x 640). L’appareil est en prévente sur les sites des grands fournisseurs canadiens au coût de 149$ avec abonnement de 3 ans, mais Rogers l’offrent pour un temps limité à 139$. Il sera normalement disponible dès la semaine prochaine.

Le Q10 n’est pas encore disponible. On parle d’avril. Outre l’écran 3.1 pouces les autres spécifications sont les mêmes que son frère. Pas de prix non plus.

BackBerry Q10

BackBerry Q10 – Image tirée du blogue TechCrunch

La clientèle visée par ces produits est assez clairement celle d’affaire. Le pain et le beurre de BlackBerry depuis toujours. Ils tentent de regagner leur crédibilité dans le milieu et de limiter les pertes de corporations et d’organismes gouvernementaux. Ces dernières leur tournent de plus en plus le dos pour les plus attrayants iPhone ou Androïd alors ils n’avaient pas d’autres choix que de réagir.

Malheureusement, je ne l’ai pas encore eu entre les mains, ce qui m’empêche de vous donner une appréciation personnelle. Je m’abstiendrai aussi de tout pronostic quand à la réussite ou à l’échec de BlackBerry dans sa tentative de revenir parmi les grands leaders de cette industrie. Mais disons que pour la partie marketing d’aujourd’hui, c’est réussi ! Ils ont réussi à créer un « buzz » et c’est exactement ce qu’ils devaient faire. Ils ont su piquer la curiosité de plusieurs. Reste maintenant à voir si ce sera suffisant.

Voyez la présentation du tout nouveau BlackBerry Z10 sur la chaîne YouTube officielle.